Partagez vos voyages… pour partager le monde

Découverte de l'Andalousie

Par Saïda L.

L'Andalousie m'a toujours fascinée, pourtant j'en avais une vague idée avant d'y mettre véritablement les pieds. Je dis véritablement, car nous la traversions, ma famille et moi, pour nous rendre au Maroc. Je ne percevais que le côté, forêts vastes et montagnes où l'olivier est maître. Je connaissais la musique Flamenco (c'est d'ailleurs la raison de ma fascination, je pense), j'en suis tombée amoureuse, à mon adolescence, en écoutant Paco de Lucia, Tomatito, Vicente Amigo, Duquende, Camaron de la Isla, Ketama.   Mais, l'Andalousie, c'est plus que le flamenco, les oliviers et les fruits délicieux...
J'y suis allée quelques jours en octobre dernier, un peu à l'aventure. Mon billet d'avion en main BXL-Séville, ma connaissance du castillan, langue officielle espagnol, et le strict minimum dans mon portefeuille. La température était encore estivale (entre 30 et 37 °c). J'ai choisi de m'aventurer dans ces 3 villes, qui composent le triangle d' "Al-Andalus" : Séville, Cordoue et Grenade. Peu distanciées l'une de l'autre, il m'était facile de passer d'une ville à l'autre, par trains

Place d'Espagne

Place d'Espagne


1ère découverte : Séville, la Rassurante - Capitale de l'Andalousie, elle est une grande ville, très moderne et traditionnelle à la fois. Elle regorge de monuments, de places, de quartiers, de jardins empreints d'histoires et de cultures multiples et successifs. J'y ai vu, la Giralda, un minaret arabe changé en tour chrétienne; los Reales Alcazares, le quartier de la Macarena, la Torre del Oro, et d'autres héritages de la longue présence musulmane. J'ai bien aimé les tours jumelles de la grande et large Plaza de Espana (espace grand angle, 360° de visu); el Barrio de Santa Cruz, vieux quartier juif, où j'ai découvert la Carboneria, une ancienne exploitation de charbon transformée en bar de flamenco populaire, très fréquenté. La Carboneria est un endroit vraiment spécial, orné du culte du flamenco et du charbon.

minaret giralda seville

Giralda ancien minaret arable

place d'Espagne Séville

La place d'Espagne

El paseo de Cristobal Colon, de là je pouvais voir des canoteurs ou rameurs sur le Guadalquivir. L’origine du nom Guadalquivir ou Rio grande, qui veut dire « grand fleuve », vient de l’arabe Oued el Kébir. La Plaza de Toros et les Arènes de la Maestranza, sont des lieux voués à la Tauromachie, qui, est une réelle passion et fierté nationale. Près de là, se trouve le quartier populaire Triana. Mon dernier jour à Séville, je n'ai pas souhaité visiter des musées. Le temps était splendide, j'ai préféré faire des longues promenades dans deux des nombreux et somptueux parcs de cette ville, celui de Maria Luisa et los Jardines de Murillo.  Par curiosité, j'ai jeté un œil (même les deux), au Palais d'Expositions et de Congrès pour son architecture extérieure ancienne et futuriste, et pour ces fontaines d'eau rectilignes. L'ensemble du Palais fait tout de même plus de 30 000 mètres carrés !

Quadalquivir

Vue sur le Quadalquivir

2ème découverte : Cordoue, la Charmeuse - Holala Cordoba ! Ojalá te vuelva a ver pronto !
  Le charme de cette ville provient certainement de l'accueil et de l'état d'esprit des gens qui l'habitent. Voilà, c'est une ville habitée, vivante, odorante (la senteur des fleurs d'oranger est omniprésente), impressionnante. J'ai eu, en la quittant, la même sensation que j'ai ressentie en quittant la Haute-Egypte au mois d'août dernier : le manque et l'envie d'y retourner durant le reste de ma vie.  Cordoue est très facile d'accès, le principal est visitable à pied. Munie d'un plan de la ville, j'ai parcouru les rues très étroites, "los patios típicos", "las callejas", l'artisanat, et les monuments, avec lenteur, délectation et émerveillement. Cette ville est caractérisée par tous les styles architecturaux: ghotique, baroque, roman, byzantin et mauresque (l'art du Califat). La visite de la Mezquita-Catedral est à faire le matin. Pourquoi ? Tout simplement, pour la fraîcheur et le silence matinal, pour le parfum des fleurs d'orangers dans l'intime cour intérieure du Patio des Orangers (patio de los Naranjos), pour l'odeur du "pan caliente", pain chaud auréolé d'huile d'olive, et pour la non-négligeable gratuité de la visite. Et, oui ! entre 8h00 et 11h30 du matin, les visites sont gratuites. En dehors de ces heures, l'entrée coûte 8 euros.

Cathédrale Mezquita de Cordoue

Cathédrale Mezquita

J'ai enfin compris pourquoi la Mezquita-catedral est classée Patrimoine de l'Humanité et est la troisième mosquée du monde, pour ses décors et son architecture islamique. Elle en jette ! En y entrant, je me suis crue dans une forêt immense. Les quelques 900 colonnes en marbre seraient les troncs d'arbres. Les branches et les feuilles seraient les arches aériennes et les végétaux et figures géométriques, en plâtres sculptés, en mosaïque. Tout un symbole ! Il y aussi el Puente Romano (le Pont romain), et à son extrémité la Torre (la Tour) de la Calahorra, situé sur le fleuve Quadalquivir. De ce côté de la rive, après la Tour, se trouve la zone rurale El Campo de la Verdad (le Champ de la Vérité). En fin d'après-midi, j'étais ravie de me retrouver à la Plaza de la Tendillas, au centre-ville, pour boire un "batido" et manger une pâtisserie ou des « churros ».  La nuit, pour se divertir, des bars de flamenco tels, "El Cardenal", "El Charre", "La Buléria", "Taberna de los Faroles" enchantent les passionnés, comme moi, de danse et de chant du flamenco. Pour terminer, mes coups de coeur : Alcazar de los Reyes Cristianos (forteresse des Rois catholiques) et ses jardins florissants; la Medinat AZAHARA, vestiges d'une dynastie de Califat, située à 6km de la ville (autobus réguliers); la calleja del Indiano, la puerta de Almodovàr; les statues de Maïmonide et d'Ibn Rushd, alias Averroès ; la Judéria, le vieux quartier juif; les peintures de Julio Romero de Torres, peintre cordouan célèbre (un musée en ville lui est consacré), qui peignaient principalement des portraits féminins, des modèles cordouanes diverses: juives, gitanes, romaines, chrétiennes, riches, pauvres..., etc. Seule déception : avoir manquée au Gran teatro les concerts de Vicente Amigo (sold out), célèbre guitariste cordouan que j'admire énormément :(

taverne los faroles

Taberna los faroles

jardins Alcazar de los reyes

jardins Alcazar de los reyes

3ème découverte : Grenade, la Magnifique La Alhambra est le monument le plus visité d'Espagne, et ses jardins valent le détour. Une enceinte dont l'empreinte est profondément arabe. Je n'ai malheureusement pu qu'admirer l'extérieur et les portes de La Alhambra. Quant à la visite de l'intérieur du Palais, je n'ai pas pu l'effectuer ce weekend-là, les tickets se vendent comme des petits pains. J'ai peut-être raté la cerise, mais pas le gâteau ! Il y a des vues et des petits espaces ravissants à Grenade, tels que :  la Plaza de los Tristes; la montée de Gomores; el barrio Sacromonte;  la Silla del Moro; les faubourgs d'Albaicin; la Mezquita mayor de Granada (mosquée principale, située tout au sommet de la vieille ville); la Alcaiceria, le petit marché artisanal; la Iglesia de Las Angustias ou la calle de Las Angustias (littéralement, Eglise et rue des Angoisses); la Plaza Nueva et la Chancellerie; la Plaza Bib-Rambla, où bon nombre de gens s'y rassemblent quotidiennement;  les plaines verdoyantes et fertiles, et les peupleraies autour de Grenade. Et, quand le jour se fait nuit et que la chaleur laisse place à la froideur nocturne, les rues sont en effervescence et le quartier de Sacromonte s'anime, des quelques Tabernas s'échappent les sonorités et les effluves purement andalous... Remarque : les plus jolis coins sont situés en amont de la ville. Le panorama est magnifique !

silla del moro

Silla del moro

plaza bib rambla

Place Bib rambla

Publiez vos carnets : Comme les Saïda L. vous pouvez publier vos photos de voyages sur ce blog alors n’hésitez plus, utilisez le formulaire de contact pour me faire part de votre voyage.